Une femme et un homme boivent un milkshake. Elles et ils ont chacun et chacune une paille et sont face à face, assis et assise à une table

En 2020, le Haut Conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes rendait son deuxième rapport annuel sur l’état des lieux du sexisme en France et révélait que

99% des femmes ont déjà été victimes d’un acte ou d’un commentaire sexiste. 

Que comprendre derrière ce chiffre ? Le sexisme est un système d’organisation sociale. L’interpellation déplacée d’un inconnu dans la rue, la blague beauf du collègue du travail et l’inégale répartition des tâches ménagères au sein du couple ne sont pas des faits isolés et déconnectés les uns des autres. Ils appartiennent au même système d’oppression – que Bourdieu perpétua de nommer domination masculine dans un livre éponyme – et que nous vous proposons sous l’acceptation actuelle de système de genre. Le genre renvoie à la “bicatégorisation et à la hiérarchisation des femmes et des hommes et de toutes les valeurs (féminines et masculines) qui leur sont associées” (Beremi, Chauvin, Jaunait, Chevillard, 2012). Autrement dit, c’est une idéologie qui repose sur la séparation des êtres humains en deux catégories stables, imperméables, homogènes et surtout inégales. Les femmes sont douces, les hommes sont puissants et il est socialement plus valorisant d’être puissant que douce d’une façon générale. En tout cas, c’est ce qui permet d’accéder à un plus grand nombre de privilèges.

Si l’on s’accorde sur le postulat que le genre est une oppression systémique alors il traverse l’ensemble de nos univers sociaux, privés, publics, et… professionnels. 

Selon le Ministère du Travail, il demeure en 2020 “9% d’écarts de salaire injustifiés entre les femmes et les hommes” en France. La question de l’inégalité salariale est particulièrement révélatrice de l’ancrage et de l’immobilisme de notre organisation sociale genrée. Inscrite depuis 1972 dans le Code du Travail, la promesse “à travail égal, salaire égal” est loin d’être effective aujourd’hui et elle s’explique de deux façons. Les 9% d’écart dont fait mention le Ministère du travail renvoie à de la discrimination pure, où “toutes choses égales par ailleurs” (en termes de niveau de responsabilité et de contenu du poste, d’études, d’ancienneté etc.) les femmes sont moins payées que les hommes. Vous avez probablement également entendu parler des 23% d’écart de salaire moyen en France. Mais à quoi correspondent donc les 14% restants ? Ce sont le résultat de toutes les autres inégalités professionnelles dites indirectes car elles résultent de l’organisation genrée du travail, notamment du fait que les femmes et les hommes n’occupent pas les mêmes postes ni au même temps de travail (70% des temps partiels sont détenus par des femmes). 

Depuis quelques années, la législation et les outils évoluent afin d’accompagner le milieu professionnel vers une égalité réelle entre les femmes et les hommes et pour garantir la sécurité et la qualité de vie au travail pour tous et toutes. La création de l’Index de l’égalité salariale par la loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel en est un exemple et soumet désormais les entreprises à une obligation de résultats. Elle permet de faire monter en compétences les structures sur les questions des agissements sexistes et du harcèlement sexuel en inscrivant l’obligation de nommer une personne référente pour les entreprises d’au moins 250 salarié·es. En 2019, 55% des Françaises ont rapporté avoir déjà été victimes d’au moins une forme de violences sexistes ou sexuelles au cours de leur carrière. 

S’engager dans la lutte contre le sexisme répond aux obligations législatives et réglementaires en vigueur et permet de créer un environnement qui favorise le bien-être, la sécurité et la cohésion d’équipe au sein d’une organisation de travail. #Mixitéprofessionnelle

Nous vous accompagnons dans vos besoins de formations, de sensibilisations, d’engagement, de formalisation de politiques et labellisation égalité ! Vous pouvez découvrir plus en détails toutes nos prestations liées aux enjeux de l’égalité entre les femmes et les hommes dans l’onglet Nos interventions.

N’hésitez pas à tester vos connaissances sur le sujet avec notre quizz sur l’égalité femmes-hommes !

Pour aller plus loin :

Rapport Annuel 2020, Haut Conseil à l’égalité

Ministère du travail, de l’emploi et de l’insertion

Ministère de l’égalité, Chiffres clés Vers l’égalité réelle entre les femmes et les hommes édition 2020

Aller au contenu principal